Macbook

Cela fait maintenant 10 mois que j’utilise un ordinateur portable Apple Macbook, la version blanche de base…

… et si le format de la machine me convient, si l’autonomie est extraordinaire, au même titre que la portée du wifi, et même si Mac Os X est un système très convenable, je dois tout de même souligner deux ou trois problèmes majeurs à mon humble avis, sur un Macbook de 3ième génération, sachant qu’Apple vend actuellement la 5ième génération. Il faut donc considérer que depuis Apple a pu apporter des modifications, et j’ai pu en constater certaines que je manquerai pas de citer en fin d’article.

Le plus grave : le plastique qui compose la coque de la 1ière à la 3ième génération (pour ce que j’en sais) n’est pas d’une durabilité exceptionnelle. Rayures, puis craquelures et enfin des réseaux de craquelures, situés sur l’ensemble de la coque, concentrés essentiellement sur les parties exposées à la chaleur (cpu, ventilation, alimentation électrique).

Et oui, le macbook de 3ième génération est équipée d’un core 2 duo T7200 cadencé à deux GHz. Ce qui confère une grande puissante de calcul à la machine, sans parler d’une excellente vitesse globale en fonctionnement. Sauf que la puissance a un coût régi par la loi de Joule (grossièrement dans le cas d’un microprocesseur) Pj = R.I² = U.I, P = C.V.2.F (où P = puissance, C = capacité, V = Tension Vcore, F = fréquence) merci à Mac`S :). En gros, “plus c’est puissant, plus ça chauffe” car plus la cadence du cpu est élevée, plus sa tension de fonctionnement l’est, afin de nourrir convenablement le bébé.

Sauf que pour pallier les deltas de fonte des cpu, c’est-à-dire les différences de qualité de chaque processeur liées à la fabrication industrielle, Intel applique des valeurs de tension plus élevées comme marge de sécurité. Bien entendu, la température de fonctionnement s’en ressent et un macbook de 3ième génération tourne vers les 60°C et peut ainsi monter à plus de 85°C lors d’opérations lourdes comme la compilation.

“85°C !! Mais c’est beaucoup !” Bien, oui c’est pas mal, mais ça ne se voit pratiquement que sur les Macbooks. Pourquoi ? Parce qu’Apple pratique la politique du silence, en diminuant la vitesse de rotation du ventilateur chargé de brasser l’air. Ce qui permet un fonctionnement très discret et c’était un critère de choix pour moi :). Mais dès lors, c’est la coque qui prend le relais… et qui ne supporte pas de telles chaleurs pendant des mois. Et à mon humble avis, la chaleur est la seule responsable des problèmes de coque externe que j’ai eus, car je prends grand soin de mes machines. Une solution possible pour environ 8€ : CoolBook, un petit logiciel très efficace qui permet de régler presque tous les paramètres du cpu, des tensions, jusqu’à la politique de changement de fréquence, grâce à lui j’ai gagné 10°C en fonctionnement “normal” et plus de 30°C en utilisation intensive :D. Passons désormais à la coque interne, c’est-à-dire le repose-poignets/clavier/trackpad.

C’est un problème courant des Macbooks toutes générations confondues : L’aimantation un peu forte de l’écran use le repose-poignets au niveau des picots en plastique censés maintenir un espace minimal entre la dalle LCD et le clavier. Au bout de 4 mois, des marques apparaissent, lissant la texture granulée du plastique. Après dix mois, il faut s’attendre à voire apparaitre une fissure, voire carrément un trou… Heureusement, Apple en est parfaitement conscient et prend en charge le remplacement entier du top-case (clavier, repose-poignets, trackpad), même après la garantie (d’après le SAV).

Voilà, j’espère que ce texte n’aura pas refroidi les éventuels acheteurs, car cela reste une bonne machine, très nomade, et qui offre une expérience intéressante, aussi bien pour les débutants, pour les blasés de Windows ne souhaitant pas se lancer dans le libre et GNU/Linux (pourtant vous devriez essayer, c’est très bien :) et pour les geeks unixiens souhaitant découvrir un Unix-like très graphique (“Hérésie !” :p).

De plus, travaillant dans une entreprise ne disposant que de matériel Apple, j’ai eu l’occasion de manipuler des Macbooks de toutes les générations, et Apple/Intel a fait de gros efforts sur la chauffe des CPU enfermés dans ce boitier en plastique délicat, qui parait un poil plus solide sur les dernières générations (et sur ma coque nouvellement remplacée par le SAV :)